POUR LE CLIMAT, TOUT DOIT CHANGER

Yannick Jadot.jpg

“Nous sommes des millions à vouloir une société plus juste, plus écologiste, plus solidaire. Ensemble, nous allons sauver le climat.”

Ancien directeur des campagnes de Greenpeace, ce militant écologiste est un député européen incontournable qui défend les dossiers écolos et remporte des victoires importantes. Il plaide pour une écologie positive qui améliore enfin la vie de toutes et tous. Lire plus

 
coquelicot-min.jpg
toutdoitchanger.jpg

Par David Cormand, Secrétaire national d’Europe Écologie – Les Verts


ATTENTION DANGER.

Les urnes ont parlé. La liste Europe Écologie est la troisième force de ce scrutin. Une responsabilité immense pèse désormais sur nos épaules. Nous devons comprendre ce qui se joue, mesurer l’ampleur de la tâche, et proposer un chemin. À chaud, qu’il me soit permis de livrer ici, quelques éléments de réflexion.

La crise démocratique traversée par notre pays et notre continent continue à empirer. La montée du national-populisme est confirmée, comme le montre le score du Rassemblement national, auquel il faut ajouter les scores de Debout la France pour comprendre le poids considérable du bloc social-identitaire. Comme toujours, la tentation du pire : le repli identitaire nationaliste et xénophobe et le rejet de l’autre prospèrent sur le terreau des crises. L’extrême-droite et les fascismes ne sont jamais les remèdes à ces crises, ils en sont les symptômes. Plus que jamais, le péril représenté par l’extrême-droite politique et culturelle met nos sociétés en danger. La droite classique, représentée par son aile la plus conservatrice, a choisi d’emboîter le pas au Rassemblement national pendant toute la campagne, rendant possible demain l’idée d’une coalition des droites sous domination de la partie extrême d’une telle alliance.

 

LA MAJORITÉ MACRONISTE N’EST PAS UNE SOLUTION MAIS UNE PARTIE DU PROBLÈME.

La République en Marche a échoué à endiguer la montée de la colère qui s’exprime par le vote RN. Emmanuel Macron prétendait être un rempart. Nous savons désormais qu’il constitue un tremplin. Cette élection représente pour lui un triple échec. Un échec personnel, puisqu’il avait choisi de personnaliser à outrance cette échéance. Un échec stratégique puisque ni sa volonté d’étouffer le débat européen, ni sa tentative de hold-up sur l’écologie n’auront suffi à lui donner le quitus qu’il demandait. Une défaite politique enfin, la plus grave, puis qu’il est devancé par le RN et sort très affaibli du scrutin.

 

 

Climatiques

Le journal du climat

Mobilisez vos proches

Sur l’urgence à agir

Livrets thématiques

Tout doit changer