"Sans biodiversité, la pérennité des sociétés humaines est en jeu."

Tribune par Nicolas Thierry, vice-président Environnement et Biodiversité de la région Nouvelle-Aquitaine ; Michèle Rivasi, députée européenne EELV et candidate à l’élection européenne ; Gilles Clément, candidat EELV à l’élection européenne, le 6 mai 2019.

Cette semaine, trois eurodéputés ou candidats aux élections européennes sous les couleurs d’Europe écologie les verts (EELV), reviennent sur la crise traversée par la biodiversité mondiale. Alors que l’ONU publie aujourd’hui un rapport sur l’état des espèces à l’échelle internationale, Michèle Rivasi, Nicolas Thierry et Gilles Clément tirent la sonnette d’alarme et défendent leurs positions.

Alors que s’est tenue à Paris la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), sorte de « GIEC de la nature », qui publie ce lundi son rapport, l’état du monde vivant n’a jamais été aussi menacé.

Les rapports scientifiques se succèdent et la conclusion est toujours la même. Ou plutôt, le constat est toujours plus alarmant que jamais. Insectes, oiseaux, poissons, mammifères, micro-organismes du sol ou encore diversité de la flore, le tissu du vivant s’étiole sous nos yeux. Selon un rapport de l’ONU à paraître, près d’un million d’espèces animales et végétales seraient menacées de disparaître à cause des activités humaines. Les chiffres sont vertigineux. Un tiers des oiseaux ont disparu en l’espace de 15 ans et 80% des insectes volants en 30 ans ! L’impensable est en train de se produire : nous sommes la première génération humaine à assister à l’anéantissement de la vie sur Terre.

Lire la suite