Biodiversité : «Il est temps de mettre fin à l’hypocrisie des États européens»

Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France, la juriste Marie Toussaint appelle les pays de l’UE à cesser de considérer les éléments naturels comme des biens à vendre et à prendre de réelles mesures en faveur de l’environnement.

Marie Toussaint, juriste en droit international de l’environnement et candidate aux européennes sur la liste EELV

« La rébellion contre l’extinction des espèces qui a pris naissance en Grande-Bretagne et s’étend à travers l’Europe n’est pas sans fondement : nous vivons la 6e extinction, la 5e remontant à l’époque des… dinosaures, et courons actuellement vers la disparition d’un million d’espèces. Un million, sur 8.

Il n’y a pourtant aucune fatalité. Les loups sont bien revenus dans le parc du Yellowstone, les baleines dans l’Hudson River, les arbres dans les prairies françaises ! Lorsque nous laissons à la nature l’espace pour revenir et se restaurer, elle s’en saisit avec succès.

Mais les dirigeants politiques et économiques ne semblent nullement décidés à mettre fin à l’écocide en cours. Les responsables majeurs de la perte de biodiversité à l’échelle internationale sont impunis, et la prévention des atteintes à l’environnement à peine assurée par des États qui préfèrent, par flegmatisme ou intérêt, le laisser-faire à l’action.

Selon la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, 129 millions d’hectares de forêt ont été détruits entre 1990 et 2015 ; 13 millions d’hectares bruts de forêts disparaissent encore chaque année dans le monde. Cette destruction de la biodiversité n’est pas sans effet sur le climat, puisque la déforestation représente entre 10 et 17 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Lire la suite